Vendredi dernier, une usine d’un nouveau genre a ouvert en Argentine. Elle va en effet produire du biocarburant à base d’algues !

L’Argentine est déjà le premier exportateur mondial de biocarburant, mais produit surtout à base de soja. Or il y a tout un débat autour de l’utilisation de plantes comestibles pour la fabrication de biocarburant et l’algue pourrait représenter une solution plus qu’avantageuse et remplacer à terme le soja.

Photo : Aeruginosa

Quels avantages à l’utilisation de l’algue pour la fabrication de biocarburant ?

Tout d’abord, la culture de l’algue ne mobilise pas des terres qui pourrait être utilisées pour d’autres culture alimentaires.

Ensuite, la fabrication de biocarburant à base d’algue produit une pâte comestible qui est riche en protéines. Ainsi, ce processus permet de produire de la nourriture à bas prix tout en respectant l’environnement.

L’usine récemment ouverte, propriété de l’entreprise Oilfox, est située au nord-est de Buenos Aires. Elle utilise pour l’instant 90% de carburant extrait de soja et seulement 10% extrait d’algues, mais le but est d’augmenter peu à peu la quantité d’algues utilisée pour en faire la composante majoritaire du biocarburant fabriqué.

Car la culture d’algue n’est pas seulement respectueuse de l’environnement, elle est également avantageuse pour l’entreprise qui la produit : John Williams, porte-parole de l’Algal BioMass Association, organisation rassemblant des entreprises impliquées dans le développement de carburants à base d’algue, déclare que “L’algue peut produire plus de dix fois plus de carburant à l’hectare que le soja”. En effet, l’algue pousse rapidement car elle absorbe le dioxyde de carbone émis par les centrales électriques ou les usines : son poids peut doubler plusieurs fois par jour.

Néanmoins, cette nouvelle technologie est pour l’instant trop coûteuse pour une production commerciale, même si de plus en plus d’usines l’utilisent à travers le monde.