Une proposition de loi présentée à la Chambre des députés de Buenos Aires obligerait les restaurants à ne plus mettre de sel à la disposition des clients, ni en salière ni en sachet, sauf si ces derniers le demandent expressément.
La loi s’appliquerait dans les restaurants, les bars, pâtisseries, pizzerias et tous les lieux de restauration rapide.

Le texte stipule que l’usage du sel serait exclusivement réservé au chef et cuisinier au moment de l’élaboration des différents menus.

Source : Juanedc

Les restaurateurs auraient l’obligation d’informer leurs clients des effets nocifs de la consommation de sel.
Les sanctions prévues en cas de non respect iraient du paiement d’une amende équivalente à deux salaires de base d’un cuisinier jusqu’à la fermeture du lieu pour un délai minimum de 30 jours en cas de récidive.

Le député Aldo Mensi, à l’origine de cette initiative explique que “la consommation de sel est une pratique qui petit-à-petit devient dangereuse pour ceux qui utilisent le sel quotidiennement”. Il ajoute que les institutions de santé internationales sont préoccupées par le sujet et réalisent différentes initiatives visant à réduire la consommation de sel des populations.
L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande de consommer 5 g de sel par jour alors que selon des études récentes, les argentins consomment en moyenne entre 12 et 13 grammes par jour.

Source : Un proyecto en Buenos Aires apunta a reducir el uso de sal