Buenos Aires : Les lieux à risque pour les touristes

Les incidents ayant fait l’objet de plaintes des touristes étrangers et argentins à Buenos Aires ont augmenté de 23% sur les 3 premiers mois de l’année 2011 par rapport à 2010.
Le terminal de bus de Retiro et les rues Florida et Lavalle occupent les premiers rangs des endroits à risque.

Seuls les vols de passeports nécessitent le dépôt d’une plainte officielle, de nombreux délits passent donc inaperçus, c’est le cas des vols dans la rue ou dans les taxis. En 2010, l’association argentine du droit au tourisme avait reçu 623 plaintes, et en seulement 3 mois, elle en comptabilise déjà 189 en 2011.

Terminal de bus de Retiro-Photo : J-Cornelius

La sortie du terminal de bus de Retiro occupe la première place des lieux à risque pour le vol de passeports. Juste après viennent les rues piétonnes Florida, Lavalle, la station de métro 9 de julio, les alentours du Caminito et la Plaza Dorrego de San Telmo.

L’association argentine du droit au tourisme annonce que la zone à risque autour de Retiro s’étend désormais également sur l’avenue Libertador et recommande de ne pas transiter par la zone de la Tour des Anglais (en contrebas de la plaza San Martin) avec des objets de valeur.

Selon un rapport de l’association, les touristes sont souvent lésés sur la voie publique, mais aussi dans les taxis, les cabines téléphoniques, les auberges de jeunesse et les restaurants.

L’association dénonce l’inexistence de cartes répertoriant les zones dangereuses et regrette qu’une technique aussi vieille que celle de la « moutarde » fonctionne toujours depuis 20 ans. C’est pour l’association la preuve du manque de communication envers les touristes sur les risques de la capitale argentine.

La fameuse technique de la moutarde est une technique de distraction. Il s’agit de tacher les vêtements des touristes pour ensuite les aborder. Les autres plaintes concernent également les retours de monnaie en fausse monnaie, le vol à la tire sur la voie publique et le vol de bagages.

Source : Los 10 lugares mas conflictivos de la ciudad de Buenos Aires para turistas

Comment profiter de l’été à Buenos Aires ?

Pour nombre de Porteños, les mois de janvier et février dans la capitale sont un supplice. Pour d’autres au contraire, c’est le bon moyen de profiter de Buenos Aires d’une manière différente…

Avec des températures proches de 40 degrés, Buenos Aires peut en effet devenir un véritable enfer en été. Mais il existe quelques options pour se détendre à l’air libre…

Réserve écologique à Buenos Aires – Photo : Libertinus

L’une d’entre elles est de se rendre à la Réserve Ecologique, à quelques rues du centre de la capitale. Ses 360 hectares d’espaces verts permettent de s’éloigner de l’agitation de la ville. Cette zone est maintenant une véritable réserve naturelle, à partir de laquelle on rejoint le Río de la Plata par des sentiers. Elle est ouverte de 8h à 19h, et l’on s’y détend à pied ou en vélo, en observant la faune et la flore caractéristiques du littoral.

Les plages de Buenos Aires, dites playas porteñas, font aussi partie depuis 3 ans des sorties possibles à l’intérieur de la ville, non loin du río de la Plata.

Sous un soleil de plomb, à l’abri de leurs parasols jaunes, les Porteños aiment profiter de ces plages créées de toutes pièces, au niveau du Parc Roca et de la Costanera Norte. On peut y pratiquer le beach-volley, les jeux de plages pour enfants, assister à des concerts improvisés… La seule chose qu’il y manquerait, selon les visiteurs, c’est une piscine, même si les douches installées permettent de se rafraichir un peu.

Parmi les autres endroits où l’on peut profiter de l’été à Buenos Aires, on peut citer Puerto Madero, lieu idéal pour déjeuner, pique-niquer, ou faire du roller.

La Costanera Sur, tout près de la Réserve Ecologique, est une zone agréable pour aller savourer un choripán (sandwich saucisse grillée) ou un pancho (sorte de hot-dog argentin).

Le week-end, les férias artisanales, disposées sur les grandes places de Buenos Aires, sont à voir absolument. Celles de San Telmo, de Recoleta ou de Matadero sont particulièrement intéressantes.

Enfin, les parcs et espaces verts de la capitale regorgent de monde à l’arrivée des grosses chaleurs, pour permettre aux Porteños, le temps d’un après-midi, de se sentir en vacances.

Source : Cómo disfrutar del verano en Buenos Aires

Les parcs de Buenos Aires sous l’influence française – Bénédicte de Longcamp

Le petit air français qui plane sur Buenos aires n’est pas seulement dû aux « edificios franceses » mais bien aussi aux parcs qui font respirer la ville.

El rosedal - Carlos Thays Equinoxe agence de voyage ArgentinePhoto : Bénédicte de Longcamp

Petit voyage dans le temps et l’espace

Il y a quelques 130 ans, a émergé en France l’idée moderne, philanthrope en théorie, de créer des « jardins d’hygiène », pour la santé et le bien être de tous.

Ce mouvement accompagnant l’urbanisation impulsée par Haussmann a permis entre autres, sous la direction de paysagistes comme André, Alphand … la création des bois de Boulogne et Vincennes, des parcs Montsouris et Buttes Chaumont: tous créés dans des zones non urbaines ou sur d’anciennes carrières.

Botanique Carlos Thays Equinoxe agence de voyage ArgentinePhoto : Bénédicte de Longcamp

Ces parcs, invitant à la promenade dans une nature reconstituée, et dédiés à la découverte des falaises, montagnes, ou grottes apprivoisées, ont apparu alors partout.
Buenos Aires comme Montevideo n’y ont pas échappé.

Les paysagistes français qui ont œuvré à Buenos Aires

L’intervention d’Edouard André fut fondatrice.
C’est le dessin de ses courbes, un style qui a résolu l’antagonisme entre jardin paysager et jardin classique, qui a influencé à l’époque les créateurs de jardins.
Puis Eugène Courtois, jardinier, a mis en œuvre de nombreux projets dans la décennie 1880, notamment sous l’intendance d’Alvear. Il fut à l’origine des jardins d’hôpitaux.

Charles, ou plutôt Carlos Thays, est sans doute le plus connu ici.
Il a été nommé directeur des promenades de Buenos Aires et s’est installé définitivement en Argentine.
Il a d’abord travaillé avec Alphand en France, puis répondu à un concours de parc public à Cordoba, avant de devenir responsable des espaces verts de Buenos Aires.
On lui doit le notamment le Parc Botanique, qui à son tour deviendra un modèle.
Ses descendants ont perpétué la tradition paysagère (aujourd’hui sous le nom d’Estudio Thays).

Botanico Equinoxe agence de voyage argentine buenos airesJardin botanique – Photo : Bénédicte de Longcamp

Jean Claude Nicolas Forestier dans les années 1920 a permis d’établir un diagnostic d’ensemble : des promenades, parcs et bords du Rio de la Plata, et une planification pour l’avenir. Il a certainement impulsé , avec des dessins plus formels, la création de nouveaux parcs de taille plus réduite, de places publiques, et la végétalisation des voies de circulation.

Quelques éléments tangibles illustrent ces influences, autant qu’une époque

  • Les ourlets des espaces engazonnés, dont la courbe tendue escamote habilement les cheminements, donnant ainsi une sensation de naturalité plus vaste.
  • Les grilles, portails et mobiliers en ferronnerie
  • Les grottes en ciment, issues du savoir faire des rocailleurs, mais la plupart de ces constructions ont disparu à Buenos Aires.

Ci-contre la très osée, et donc controversée, « gruta de la Plaza Constitucion », imitant un château en ruines, en 1895, par Eugène Courtois.

Gruta Plaza Constitucion Equinoxe agence de voyage argentine Photo : Bénédicte de Longcamp

Pour en savoir plus, je vous conseille

L’ouvrage passionnant de Sonia Berjman, docteur en histoire et spécialiste de l’art des jardins : Plazas y parques de Buenos Aires : la obra de los paisajistas franceses

Le livre tome II : du XIXe siècle au XXIe siècle de Michel Racine, architecte et enseignant à l’ENSP Versailles : Créateurs de jardins et de paysages en France de la Renaissance au XXIème siècle

Article rédigé par Bénédicte de Longcamp, Buenos Aires
Conception de parcs et jardins
Ecole nationale du paysage de Versailles
http://bdelongcamp.canalblog.com/

Villa Ocampo Equinoxe agence de voyage argentine buenos airesPhoto : Bénédicte de Longcamp

Vers un centre-ville piéton à Buenos Aires

Les rues Suipacha et Esmeralda, dans le Microcentro – centre-ville d’affaires de Buenos Aires -, vont devenir piétonnes.

Agence de Voyage Argentine Equinoxe - Plan Microcentro MappyfriendsPlan : Mappyfriends

Dans un mois seront lancés les travaux dans la première des deux rues, entre Santa Fe et Avenida de Mayo (avenue de mai).
L’objectif est de poursuivre ensuite jusqu’à San Juan, par Tacuarí.
Les travaux sur Esmeralda et Piedras viendront dans un second temps.

A Buenos Aires, toutes les rues Nord-Sud changent de nom lorsqu’elle coupe l’avenida Rivadavia, sauf 9 de Julio.
Tacuarí est le prolongement de Suipacha au sud de Rivadavia, comme Piedras pour Esmeralda.

Quand le cinéma se fait restaurant à Buenos Aires

Voir un film tout en dégustant un savoureux menu assis dans un fauteuil confortable digne d’une première classe? C’est maintenant possible!
La formule est disponible depuis déjà plus d’un an à Buenos Aires.

C’est dans le complexe Hoyts du Dot Shopping Baires que se trouvent les deux salles de cinéma qui offrent ce service Premium.
Depuis leur début elles connaissent d’ailleurs un franc succès et rares sont les places disponibles en week-end.

Le Service Premium

Dès votre arrivée, vous bénéficiez d’un traitement de faveur. Vous n’avez pas à faire la queue pour obtenir votre entrée car les salles ont leur billeterie et réception indépendantes.
Au menu d’hiver :

  • la projection du Film,
  • une entrée,
  • un plat principal,
  • une boisson,
  • un dessert et un café,

Le tout pour 145 pesos. Mais vous pouvez aussi demander par exemple un Menu “Pizza et Cerveza” qui coutera alors seulement 70 pesos.

À votre arrivée, quelques vingt minutes avant la séance, vous patientez dans les livings de la réception tout en choisissant à la lumière du jour votre menu. Un garçon vient prendre votre commande. Vous devrez décider avec lui du moment d’arrivée des différentes étapes de votre menu. Généralement, les trois plats suivent le rythme de l’introduction, du développement et de la fin du film.

NB : Pas de préoccupation sur la contenance physique de votre plat car tout arrive découpé et préparé pour ne pas que vous perdiez le fil de votre film.

La salle Premium

La salle a été conçue pour ce service inédit de cinéma-restaurant.
Les 96 sièges de la salle sont disposés par paire avec au milieu de chaque paire une petite table ronde. La salle a aussi été dessinée en inclinaison afin que les serveurs n’obstruent pas la vue des spectateurs pendant la projection du film (qui se fait simultanément avec le repas).
Une fois installé dans vos sièges respectifs, un garçon vous explique l’usage des boutons du fauteuil : l’un pour incliner votre siège à souhait, l’autre pour appeler le garçon si nécessaire.
Puis c’est dans une extrême discrétion que les serveurs vous apporteront vos plats au moment choisi du film. Certains le feront même à genoux !
À la fin de la séance le café vous sera servit à la sortie de la salle.

Source : La Nación – Cuando el cine también es restaurante
Photo issue du site La Nación.com

Balades et excursions dans Buenos Aires : visite de l’avenue Corrientes et ses théâtres

Se balader sur l’avenida Corrientes

 

Avenue CorrientesAvenue Corrientes – Photo : blmurch

Cette avenue est l’une des plus représentatives de Buenos Aires. Les Porteños l’adorent et la parcourent par milliers tous les jours en voiture ou à pied… Et davantage encore le week-end : c’est en effet l’avenue des cafés, des librairies, des pizzérias et surtout des théâtres.

Idée d’itinéraire sur l’avenue Corrientes

Carte de l’itinéraire

Cliquez sur la carte pour l’agrandir (ou consultez-la sur google maps) :

1. Théâtre Presidente Alvear

Pour démarrer, passer devant le théâtre Presidente Alvear, au nº1530 de l’avenue Corrientes. Ce théâtre, qui a ouvert ses portes en 1942, est l’une des salles de musique et théâtre les plus importantes de la ville. C’est un complexe qui appartient au Ministère de la Culture.

2. Théâtre du Général San Martin

Un peu plus loin se situe le théâtre du Général San Martin. Il abrite 3 salles de théâtre, un cinéma et une galerie de photos. Face à lui se trouve le Centre Culturel San Martin qui propose de nombreuses activités culturelles.

Avenue CorrientesAvenue Corrientes – Photo : dandeluca

3. Café La Giralda

Une pause au Café La Giralda sera la bienvenue, surtout pour les gourmands qui aiment le chocolat chaud et les churros. Ce café où se rassemblent volontiers les étudiants fait partie de ces bars du centre-ville qui n’ont pas été rénovés dans les années 90. Il a conservé entre autres ses tables en marbre et bois d’antant.

4. Librairie Hernández

L’avenue Corrientes regorge de librairies. L’une d’entre elles, la librairie Hernández au nº 1436, est typique de Buenos Aires. Il y a aussi la librairie Gandhi-Galerna (nº1743), ou encore Losada (nº1551) par exemple.

5. Pizzéria Güerrin

Pour se restaurer, l’une des pizzerias les plus typiquement porteñas est l’établissement Güerrin, au nº 1368. On peut y manger au comptoir ou assis à une table de l’un des salons. Sur le trottoir d’en face, une autre des pizzerias prestigieuses de la ville : Los Inmortales. Plus loin dans la rue se trouvent d’autres bonnes pizzerias.

6. Obélisque

L’Obélisque : impossible de manquer le célèbre Obelisque de Buenos Aires, un des symboles architecturaux de la ville, qui marque le croisement de l’avenue Corrientes avec la fameuse avenue 9 de Julio. Elle fut inaugurée en 1936 et réalisée par Alberto Prebish, lui-même créateur du théâtre voisin le Grand Rex. C’est souvent le point de départ des manifestations et grèves dans la Capitale, et également un lieu de retrouvailles à la suite de rencontres sportives.

7. Théâtres Opera et Gran Rex

Les théâtres Opera et Gran Rex se trouvent en face l’un de l’autre. A eux deux, ils réunissent la plus grande partie des oeuvres de théâtre commercial de Buenos Aires.

Teatro Gran RexTheatro Gran Rex – Photo : Nanta*

8. La esquina del tango

La “Esquina del Tango” est une esquina (c’est-à-dire un angle de rue) célèbre.  Elle a été chantée dans un tango de Celedonio Flores et Francisco Pracanico en 1933…

9. Théâtre Maipo

Le théâtre Maipo au nº449 rue Esmeralda est une salle qui a ouvert au début du XXème siècle et qui fut le siège à cette époque des meilleures représentations. Aujourd’hui encore on peut y voir des concerts ou pièces de théâtre de haut niveau.

10. Palacio del Correo

Le Palacio del Correo est un très bel édifice, construit en 1928  et qui fut longtemps le siège de la Poste argentine. Après une fermeture pour réfaction, il abrite depuis mai 2010 le Centre Culturel du Bicentenaire.

11. Stade Luna Park

Enfin, la visite se termine par le passage devant le stade Luna Park, dont la capacité est de 35.000 personnes, construit à la base pour accueillir des matchs de boxe, et qui aujourd’hui recoit des évènements sportifs, mais aussi de nombreux spectacles et concerts d’envergure.

Pour toute demande de devis pour un voyage, une escapade ou des activités en Argentine, contactez l’Agence Equinoxe, spécialiste des voyage sur mesure dans le pays.

Buenos Aires, première capitale d’Amérique du Sud où il fait bon vivre

Buenos Aires,Reine d’Amérique latine

Une étude réalisée sur la qualité de vie de 221 villes du monde.

avenue du 9 juillet Equinoxe agence de voyage argentine buenos airesAvenida 9 de Julio – Photo : Bertrand Mahé

Buenos Aires est la  ville la plus agréable d’Amérique du Sud. La capitale argentine se place à la 78ème place mondiale, devançant d’un point Montevideo.

La consultante Mercer a analysé différents paramètres de chacune des villes : l’environnement politique, social, économique et écologique.

En 2010, parmi les 25 premières villes, 16 sont européennes : en tête Vienne, suivi de Zurich et Genève.

Source : article espagnol, Buenos Aires, otra vez la “Reina del Plata”