Les vaccins obligatoires et conseillés avant d’aller en Argentine

Les vaccins sont une des préoccupations majeures lorsque l’on se rend à l’étranger. En effet, les questions médicales sont souvent une de nos craintes principales surtout quand on part dans un pays hors de l’Europe. Mais rassurez-vous en lisant cet article vous serez un véritable expert médical…enfin presque !

Une seringue – Pixabay

Que dois-je absolument faire sur le plan médical avant d’aller en Argentine ?

La première chose à savoir et qui va vous rassurer est qu’il n’y a aucun vaccin obligatoire à faire pour aller en Argentine hors vaccins obligatoires français. A noter que vous pouvez découvrir les 11 vaccins obligatoires (à partir de Janvier 2018) que vous devez faire quand vous êtes français en cliquant ici. Si vous venez d’ailleurs que de France, il peut s’agir d’autres vaccins obligatoires à faire.

La plupart des vaccins sont à faire à la naissance et n’ont pas besoin d’être renouvelés. Cependant, prenez bien le temps d’aller voir votre médecin pour bien vérifier que vous avez tout vos vaccins et qu’ils sont tous à jour ! Normalement le médecin doit vous donner un papier avec vous qui prouve que vous avez tout vos vaccins à jour. Il est excessivement rare mais il peut vous être demandé ce justificatif en Argentine. A noter que le numéro en Argentine n’est pas le même qu’en France. En effet si vous vous sentez mal en Argentine appelez les urgences au numéro 100.

Le moustique responsable de la transmission de la fièvre jaunePxHere

Les vaccins conseillés 

Il n’y a donc pas de vaccin obligatoire spécifique pour l’Argentine. Ceci étant on trouve des vaccins conseillés. Chose importante à rajouter, ces vaccins peuvent être plus ou moins préconisés selon la région d’Argentine où vous habitez. Les deux premiers sont l’hépatite A et la typhoïde. Ce sont des maladies qui restent assez rares en Amérique du Sud. Elles se transmettent presque exclusivement par l’alimentation. Le premier agit 15 ans alors que l’autre seulement 3 ans. Votre médecin peut vous conseiller un vaccin.

Ensuite on trouve également la fièvre jaune. Il s’agit peut-être du vaccin qui serait le plus à conseiller. Nous ne nous prétendons en aucun cas médecin mais il existe certains zones de l’Argentine où il est recommandé (surtout vers le Nord à Iguazú) ou si vous allez au Paraguay, Bolivie ou au sud du Brésil. Dans tous les cas, les risques d’attraper la fièvre jaune sont extrêmement faibles. Elle se propage uniquement par les insectes de jour. A noter que la vaccination contre la fièvre jaune est à vie. Attention, le vaccin de la fièvre jaune n’est disponible que dans les centres de vaccinations internationaux, il faut donc penser à prendre rendez-vous au moins deux à trois semaines avant votre départ. Vous trouverez la liste des centres en France ICI.

Encore une fois, toutes ces informations sont susceptibles de changer et surtout sont parfois spécifiques à chacun. Par conséquent nous vous conseillons dans tous les cas de consulter votre médecin avant de partir. Si vous devez (ou souhaitez) faire des vaccins sachez que certains nécessitent de prendre un rendez-vous bien à l’avance donc n’attendez pas le dernier moment. On espère que cet article ne vous a pas rendu malade ! Bon voyage à tous !


Vous avez aimé cet article? A lire sur le même sujet

Ranguiñ Kien : construction d’un hôpital Mapuche !

D’ici début 2018, devrait ouvrir ses portes le premier hôpital Mapuche ! L’objectif de cet établissement est de combiner la médecine institutionnelle traditionnelle et la médecine Mapuche. En effet, depuis plusieurs années, des scientifiques constatent les bienfaits de la médecine Mapuche et souhaitent la mettre en avant. De ce fait, les patients pourront choisir le type de médecine qu’ils souhaitent pour se soigner ! Ranguiñ Kien sera le premier hôpital Interculturel d’Argentine !

 Le futur Ranguiñ Kien – Wikimedia Commons

L’idée de scientifiques

La construction du Ranguiñ Kien est selon Fabián Gancedo, directeur de l’hôpital de Aluminé “le produit de 15 ans d’expérience aux côtés des communautés Aigo et Huenguihual”. L’idée est de créer une relation entre la biomédecine et la médecine Mapuche. Chacune de ces médecines avec ses propres valeurs et techniques, a pour objectif de se complémenter. Prendre les bonnes choses de chaque technique et les combiner pour permettre au patient de se soigner plus rapidement. Ce centre hospitalier interculturel serait bien évidemment ouvert pour tous. Enfants, adultes, issus d’une communauté ou non, tout le monde peut profiter de ce nouveau concept. Aussi, les membres de la communauté mapuche auront enfin un endroit pour bénéficier de leur médecine traditionnelle.

Ce type d’établissement a déjà été testé au Chili et est une réelle réussite. Le médecin Facundo Cornejo, nous explique que ce projet est le fruit d’une coopération de nombreux acteurs. Médecins, scientifiques, membres des communautés, naturalistes se sont réunis afin de mettre en oeuvre le Ranguiñ Kien. Cet hôpital permettra aussi de promouvoir la médecine Mapuche et mettre en avant ses bienfaits.

Construction de Ranguiñ Kien

La construction de l’établissement a commencée en 2011. Il s’appellera Ranguiñ Kien. Cela signifie “Demi Lune” en mapuche. Ce nom est très révélateur de la médecine mapuche puisqu’ils considèrent la lune comme sacrée, et la regardent pour soigner les malades. C’est pour cela que le batiment de l’hôpital sera en forme de demi-lune. Situé dans la province de Neuquén, le projet coûtera environ 3,280 millions de pesos. L’organisation de l’hôpital a du être pensée pour permettre aux deux médecines de se complémenter. En effet, la demi-lune est orientée en direction de l’est afin de répondre aux besoins de la médecine mapuche.

Une des questions importantes de la construction du Ranguiñ Kien, était l’orientation des lits des malades. Il y a en effet une différence entre la culture occidentale et la culture traditionnelle mapuche. Dans la culture traditionnelle mapuche, les lits sont disposés en direction de l’est. Alors que dans la culture occidentale les lits sont en direction de l’ouest, c’est à dire que les patients regardent en direction de la cordillère. Toutefois, pour la culture Mapuche, l’esprit de la mort va dans cette direction, et passe derrière la cordillère des Andes. Disposer un lit dans cette direction serait donc prédisposer le malade a mourir et suivre l’esprit de la mort ! Pour permettre aux patients de se soigner, les lits ont donc été orientés en direction de l’est.

Médecine Mapuche – Wikimedia Commons

La médecine Mapuche

Selon Loncón, de la Confédération des Mapuches de Neuquén ” la médecine occidentale sépare tout; l’homme de la nature, la culture de la nature.” Alors que pour la médecine mapuche, l’unité de ces éléments est essentielle pour soigner des malades. Selon lui, soigner de manière naturelle est bien plus efficace qu’utiliser des produits issus d’une combinaison chimique. Chaque mapuche est possesseur du force spirituelle, que ce soit d’un arbre, d’une pierre ou d’une étoile. Ils peuvent utiliser cette force à travers des plantes pour permettre de découvrir l’origine de la maladie. La médecine mapuche est beaucoup plus spirituelle que physique. De ce fait, elle se noue parfaitement avec la médecine occidentale !

Les fondamentaux de la médecine mapuche se définissent en 4 types d’herbes curatives. Les weychafeke lawen (plantes fortes), les füshku lawen (plantes douces), les reke lawen (variétés de plantes natives de la région mais difficiles à obtenir), et les rukake lawen (d’usage commun). Toutes ces plantes peuvent être utilisées sous forme de cataplasme ou d’infusion. Pour utiliser ces plantes de la meilleure manière, les soigneurs mapuches (machis) doivent les cueillir dans leur habitat naturel, et leur demander s’ils peuvent extraire un les forces de la plante. C’est pour cela que l’hôpital disposera d’un espace pour planter ces plantes comme dans leur habitat naturel.


Vous avez aimé cet article? A lire sur le même sujet


 

Étudier en Argentine : Voici les démarches à réaliser !

Vous êtes étudiant et vous avez l’opportunité de faire un échange en Argentine ? N’hésitez pas ! L’enseignement supérieur d’Argentine est l’un des plus réputé d’Amérique Latine ! Vous aurez donc l’occasion de bénéficier de cours de qualité, tout en découvrant une nouvelle culture et perfectionner votre espagnol ! De plus en plus d’universités et d’écoles proposent des accords bilatéraux avec des universités du monde entier, il faut donc en profiter ! Pour cela, vous aurez besoin de remplir certaines formalités administratives avant et pendant votre voyage en Argentine. Voici un récapitulatif qui pourra vous aider !

La faculté de droit de Buenos Aires – Wikimedia commons

Avant le départ

Demande d’échange auprès de votre école

De plus en plus d’universités et d’écoles disposent d’accords avec des universités étrangères un peu partout dans le monde. Si vous voulez en profiter, n’hésitez pas ! Faites la demande auprès de votre école, et préparez votre voyage ! Pour cela, voici une liste des récapitulatifs à faire avant le voyage :

-Demande de passeport : rendez vous dans une mairie pour faire votre demande. Vous pouvez aussi le faire par internet ici. Faites la demande au plus tôt, le délai peut être assez long ! Coût à partir de 86 euros.

-Demande de bourse : renseignez vous auprès de votre établissement. En général, vous pouvez bénéficier d’une bourse de la part de l’université, et une de votre région. Faites la demande au plus tôt, les délais de dossier peuvent être assez long.

-Faites les vaccins recommandés. Renseignez vous auprès de votre médecin. En général, les vaccins contre l’hépatite A et B et la typhoïde sont recommandés. On peut aussi vous proscrire un vaccin contre la rage, le paludisme ou la fièvre jaune.

Demande de visa

Comme dans de nombreux pays, si vous restez plus de trois mois sur le territoire, vous allez avoir besoin d’un visa. Voici la liste des documents que vous aurez à préparer en France, si vous êtes français pour l’obtention de votre visa :

-Votre passeport en cours de validité durant l’ensemble de votre séjour sur le territoire argentin

-Une lettre d’admission de l’établissement d’accueil argentin “constancia de inscripción” (convention qui prouve votre inscription dans l’établissement)

– Un extrait d’acte de naissance datant de moins de trois mois. Vous devrez le faire apostiller auprès de la Cour d’Appel la plus proche du lieu d’émission du document.

-Un extrait de casier judiciaire des 5 dernières années datant de mois de trois mois. Cet extrait devra aussi être apostillé. Vous pouvez le demander ici.

Pensez à votre passeport ! – Flickr

Sur place

Demande de visa

Quand vous serez sur place, il vous faudra dès les premiers jours faire traduire votre extrait de naissance ainsi que l’extrait de casier judiciaire par un traducteur officiel. Vous aurez aussi besoin du justificatif d’inscription à l’université pour pouvoir recevoir votre visa. Vous devrez ensuite prendre rendez-vous à “migraciones” avec tous ces papiers pour pouvoir recevoir votre Visa Etudiant. Attention, les démarches sont assez longues, il faut donc s’armer de patience !

Demande de bourse

Généralement, pour pouvoir toucher les bourses de votre région ainsi que de votre université, vous devez leur fournir un justificatif de présence dans le pays ainsi qu’un justificatif de scolarité dans l’établissement de réception.

Le contrat d’étude

Après avoir choisi les cours que vous allez suivre durant l’année d’échange, vous devrez remplir votre contrat d’étude. Celui ci devra être signé par vous, par l’établissement d’accueil, et par votre établissement en France. Il fera preuve de votre échange universitaire !

Étudier en Argentine sans accord universitaire

Pour ceux qui veulent poursuivre ou commencer leurs études en Argentine sans un programme d’échange, les démarches sont un peu plus compliquées. Il n’existe pas en effet de d’accord avec l’Argentine concernant l’équivalence des diplômes, sauf pour le bac ! Il faut donc se renseigner auprès du ministère de l’éducation argentin qui valideront ou non vos diplômes à l’étranger.

Liste de sites utiles pour les démarches 

Ambassade de France en Argentine, cliquez ici

Consulat de France à Buenos Aires, cliquez ici

Migraciones Argentine, cliquez ici

Visa Etudiant Etranger, cliquez ici 


Vous avez aimé cet article? A lire sur le même sujet


 

Le système de santé en Argentine : les bases

Que vous veniez en Argentine en tant qu´étudiant, salarié, stagiaire ou en expatriation, il est important de se renseigner au préalable concernant le régime de santé du pays. Ainsi en cas de petit ou gros pépin, vous serez pris en charge rapidement et dans les meilleures conditions. Voici quelques petits conseils pour vous aider!

Pharmacie – Source : Wikimedia

Système argentin

Le système argentin est divisé en 3 grandes entités qui ont leur propre fonctionnement : le système public, le système privé ainsi que les “obras sociales“.

Le système public

Ce service est gratuit et accessible à tous que vous soyez argentins ou étrangers. Le service est de bonne qualité et les médecins locaux compétents. Le seul soucis repose dans le fait que ce service manque de moyens. Il est possible d’attendre des heures dans les files d’attente selon la période, ce qui peut s’avérer compliqué en cas d’urgence médicale.

Le système privé

La qualité de service dans le système privé est meilleure mais cependant qui dit privé dit des frais de prise en charge très élevés. Renseignez-vous au préalable afin d´être sûr de votre remboursement de frais et ne pas avoir de mauvaises surprises. Seulement 8% de la population peut bénéficier de ces soins, ce qui montre que les soins privés sont réservés à une élite de la population.

Las “Obras sociales”

Aussi appelé “Asociación Civil de Actividades Médicas Integradas”, elle couvre environ 50 % de la population argentine. Ce système est très spécifique puisqu’il s’applique seulement aux salariés. Il s’agit en effet d’un réseau d’hôpitaux conventionné par les caisses d’assurance maladie des salariés.

Précautions ?

En voyage en Argentine, nous vous conseillons de prendre une assurance internationale santé-rapatriement car il n’existe aucune convention entre la France et l’Argentine. Si vous devez vous faire soigner, vous devrez payer tous les frais sur place et vous ne serez pas remboursé par la Sécurité sociale à votre retour en France.

En effet, il n’existe pas en Argentine de système centralisé comme celui qui existe en France avec la sécurité sociale.

Les vaccins

Lors de votre venue en Argentine, aucun vaccin n’est obligatoire avant de partir.
Il peut être d’avoir certains vaccins à jour : comme le DT-Polio, l’hépatite A et B ainsi que la typhoïde. Attention cependant si vous voyagez dans le territoire, il est conseillé dans le nord du pays de faire le vaccin contre la fièvre jaune, par exemple. Nous recommandons de vous tourner vers votre médecin traitant, qui saura vous conseiller au cas par cas.   Voici la liste des vaccins à faire avant de partir en Argentine.

Pour info concernant le virus Zika, très peu de cas ont étés reportés en Argentine mais il convient cependant de se renseigner au préalable avant de partir si jamais vous êtes enceinte. Consultez votre médecin traitant!

Bon à savoir

  • Petite adresse : un des meilleurs hôpitaux de Buenos Aires est l’hôpital Alemán, un hôpital privé dans le quartier de Recoleta. Attention cependant aux frais très élevés!
  • Selon la situation géographique en Argentine vous n’aurez pas accès aux mêmes niveaux de soins.
  • En cas d’urgence, un numéro spécial réservé aux touristes est disponible 24h/24 et 7j/7 : au 0800.999.5000. 
  • Lien utile : ambassade de France en Argentine.

Consultez toutefois votre médecin traitant pour un avis médical personnalisé.


Cet article vous a plu ? Consultez également :

La psychanalyse made in Argentina

Il n’est pas rare de croiser un cabinet de psychanalyse dans les rues de la capitale, on compte un divan pour 120 porteños, 3 fois plus que les pays développés, à part New York qui se défend bien sur le sujet! S’il vous vient le besoin de consulter dirigez vous vers la «Villa Freud», petite partie branchée du plus grand quartier de Buenos Aires, « Palermo » ainsi renommé à cause de sa concentration impressionnante de psychanalystes au m².

Histoire de la psychanalyse Source : www.laprocure.com 

D’où provient cet engouement pour la psychanalyse ?

« Le Tango : une pensée qui se danse » Ernesto Sabato, L’écrivain parlait sûrement de la crise identitaire dont souffre les argentins, pays marqué par de nombreuses vagues d’immigration en provenance d’Europe, principalement de France, d’Espagne et d’Italie, crise que les argentins extériorisent par la danse pour certains. L’arbre généalogique des familles argentines est alors mis à mal, d’où viennent t-ils vraiment ? Combien peuvent encore compter parmi leurs ancêtres des autochtones Mapuches ou Quechuas? La psychanalyse s’offre alors à eux comme une cure permettant de se resituer dans le monde, de trouver ses origines, une manière de se soigner d’un mal commun pour enfin pouvoir se constituer en nation.

Un mode de vie

En France ou ailleurs on aurait tendance à garder ce qu’il se dit chez le psychanalyste, entre les 4 murs de son cabinet mais très peu pour les argentins. Il est commun de parler de ses séances entre amis autour d’un café. Cette pratique a d’ailleurs inclus, dans le langage courant, des mots de vocabulaire appartenant à la psychanalyse comme actes manqués, régression ou encore estime de soi. Également très employés par les gouverneurs comme promesse de rendre aux argentins leur « autoestima » notamment après les crises traversées non sans mal.

Une évolution dans la pratique

Les services d’un psychanalyste sont néanmoins très coûteux et de moins en moins accessibles à la classe moyenne qui semble pourtant être la plus en demande. Les argentins se tournent alors vers des thérapies de groupes ou des thérapies plus rapide. Les invitations à rejoindre ces groupes ne manquent pas, que ce soit sous forme d’affiches publicitaires dans les transports en commun, dans les journaux comme dans le journal « Pagina 12 » où deux pages sont consacrées à des sujets de psychologie à chaque édition. Les argentins n’auront pas à s’inquiéter de la poursuite de leur analyse, la psychologie est la 3ème discipline choisie à la faculté de Buenos Aires, où on y étudie principalement la psychanalyse. On remarque également qu’il y a plus de facultés de Psychologie que de Sciences. Toutefois, la nouvelle méthode d’apprentissage et l’engouement pour la psychanalyse ne ravit pas tous les psychologues argentins, comme Mario Bunge fondateur de la revue “Minerva (revue de médecine diffusant de l’information scientifique indépendante), qui exprime son opinion assez critique sur le sujet dans une interview donnée au journal « La Nacion ».

Cet article vous a plu? Vous aimerez aussi…

Le gluten: nouveau fléau argentin?

Un argentin sur 100 souffre de maladie cœliaque, une statistique encore plus élevée si on s’intéresse aux enfants. Ces chiffres, en constante augmentation depuis plusieurs années, font de l’Argentine l’un des pays les plus touchés au monde. 

Source: flickr – Photo: Rafale Tovar

La maladie cœliaque, qu’est ce que c’est ?

Plus connue chez nous sous l’appellation d’intolérance au gluten, la maladie cœliaque est en Argentine la maladie intestinale la plus fréquente. Avec plus de 400 millions de personnes diagnostiquées, on estime d’ailleurs que de nombreux argentins en sont atteints sans même le savoir!
Il s’agit donc d’une intolérance permanente au gluten, cette protéine présente notamment dans le blé, le seigle, l’orge et l’avoine. La maladie, qui touche par ailleurs plus les femmes que les hommes, peut être diagnostiquée à n’importe quel moment de la vie, et son unique traitement est d’arrêter la consommation de produits contenant du gluten.

De nombreuses mesures mises en place en Argentine

Combien de fois avez-vous remarqué un sigle “Sin T.A.C.C.” sur un paquet d’aliments au supermarché? Cette appellation qui certifie l’absence des différentes céréales contenant du gluten, est en effet de plus en plus présente, afin d’aider les personnes dans leurs achats.
Parallèlement à cela, de plus en plus de restaurants axent leurs menus sur des aliments sans gluten, afin de proposer une offre adaptée aux personnes intolérantes au gluten, et qui ont donc parfois des difficultés à s’assurer qu’elles peuvent manger tel ou tel plat.
En outre, il faut savoir que cette intolérance passe également par la peau, et donc par les produits cosmétiques que l’on utilise au quotidien et qui ne sont pas forcément toujours adaptés aux personnes atteintes de maladies cœliaques. En Argentine, une marque s’est déjà développée, avec pour ligne de conduite des produits 100% sans gluten!

Le gouvernement argentin en action! 

A travers une loi de 2011, l’attention médicale envers la maladie cœliaque a été déclarée d’intérêt national, tout comme les recherches cliniques et épidémiologiques qui lui sont liées. La loi établit entre autre qu’il faut clairement préciser les étiquettes sur les produits ne contenant pas de gluten. D’autre part, le gouvernement est tenu d’approfondir les recherches sur la maladie afin notamment de faciliter les diagnostics le plus tôt possible.

L’Argentine est donc parmi les pays les plus en avance sur les dispositifs mis en place pour les personnes atteintes de maladie cœliaques. Vous n’aurez donc pas de mal à voyager ici si jamais vous êtes également concerné par cette pathologie, et ne serez donc pas privé de la plupart des spécialités locales!


Cet article vous a intéressé? Vous pouvez également lire ceux-là:

Où déguster des plats sans gluten?
El Galpón, lieu du bio et de l’écologie
La cuisine argentine

Les Argentins remportent un prix international en innovation éducative

Il y a 5 ans, un groupe d’argentins a eu une idée à la fois simple et très innovante : créer des vidéos de contes pour enfants en langue des signes, pour que ces derniers puissent avoir accès à la lecture. Un projet qui vise à redonner accès à la littératures aux malentendants, qui pour la plupart sont incapables de lire un livre en espagnol.

Caperucita Roja – Source : deviantart

La lecture : un passe-temps impossible pour les sourds

En Argentine, on compte 950 000 sourds et mal entendants et parmi les sourds, on estime que 80% sont incapables de lire un livre.  95% des enfants sourds ont des parents qui entendent, et qui maîtrisent peu la langue des signes. La plupart arrivent donc à l’école sans connaître leur langue “maternelle”, le langage des signes. Impossible donc pour eux d’apprendre à lire de l’espagnol écrit. La plupart  peuvent simplement reconnaître quelques syllabes ou mots très simples.

Videolibros : un projet récompensé par WISE

Le WISE  (World Innovation Summit for Education) ou Sommet Mondial de L’Innovation dans l’Education est une organisation mondiale influente, dont le siège est situé au Qatar, et dont le but est de promouvoir et récompenser les solutions éducatives innovantes à travers le monde. Cette année, le grand prix a été remis aux créateurs argentins du site web www.videolibros.org, cette plateforme de vidéos destinés aux sourds et malentendants présentant une multitude de contes traditionnels en langage des signes.

Videolibros : générateur de progrès inédits chez les sourds ?

Les adultes peuvent maintenant découvrir eux-aussi les contes traditionnels mondialement connus (Le Petit Chaperon Rouge, Le vilain petit canard…) par eux-mêmes. Mais le progrès majeur constitué par cette plateforme de vidéos est le suivant : Selon les spécialistes de la surdité, la  lecture est absolument indissociable du développement de la structure de la pensée. Le manque d’accès au langage complexe spécifique à la littérature complique le développement cognitif des personnes malentendantes.

En facilitant l’accès à la lecture, Videolibros ouvre la voie vers un complexification de la pensée des sourds et malentendants !


Cet article vous a plu ? A lire sur le même thème :

>Contes et légendes d’Argentine : le Yasi Yeteré qui effraye les enfants
>Des clowns obligatoires dans les hôpitaux de la province de Buenos Aires
>Retour sur les différents contes et légendes d’Argentine

Plus de 80% des Argentins sont favorables au don d’organes !

8 Argentins sur 10 se disent disposés à donner leurs organes quand ils ne seront plus de ce monde ! La FCA (Fondation Cardiologique Argentine) parle d’une “société très engagée dans l’acte altruiste de sauver des vies”. Chiffres et explications de ce phénomène positif pour le pays ! 

L’Argentine : championne du don d’organe en Amérique Latine

L’ Argentine, avec un total de 42,7 donneurs par million d’habitant, est la numéro 1 de sa région en terme de don d’organe ! Elle est suivie par l’Uruguay avec 42,6, puis par le Brésil avec 37,8.  En ce qui concerne les transplantations cardiaques, l’Argentine compte 2,4 millions de donneurs par million d’habitant, suivie par le Chili avec 1,8 et la Colombie, avec 1,7. L’Argentine arrive également en tête en Amérique Latine concernant les transferts de pancréas. La forte augmentation du nombre de transplantations est un signe de la qualité des hôpitaux en Argentine !

Une politique du gouvernement encourageant le don d’organes

Ces résultats sont liés aussi au projet politique de la présidente (Cristina Fernández de Kirchner), celui d’avoir investi toujours plus de ressources dans la politique nationale de transplantations depuis une dizaine d’année. Dès 2004, Nestor de Kirchner avait signé le projet de loi de “donante presunto de organos” qui autorise le don d’organes de n’importe quelle personne décédée si celle-ci ne s’y est pas opposée de son vivant. Le ministre de la santé Juan Manzur a rappelé le rôle du gouvernement suite aux statistiques records de 2014 : L’Etat a créé un Programme Fédéral de Procuration et Coordination Hospitalière,  un fonds solidaire de transplantations et des banques d’organes et de tissus.

Des campagnes de communication efficaces

L‘Inucai (Instituto Nacional Central Único Coordinador de Ablación e Implantea) a lancé une campagne de prise de conscience concernant le don d’organes avant la journée nationale de la greffe le 30 mai 2015  ! Le but étant bien sûr de promouvoir le don d’organes auprès des argentins sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter grâce notamment au hashtag #SoyDonante. Des vidéos mettant en scène des sportifs greffés ont été diffusées afin de mettre en avant l’excellente qualité de vie dont on peut bénéficier suite à une transplantatioln d’organe.

L’Argentine accueille la XXème édition des jeux mondiaux pour sportifs transplantés !

L’événement aura lieu du 23 au 30 août à Mar del Plata et réunira des milliers de sportifs transplantés provenant de plus de 50 pays ! L’objectif est bien évidemment de promouvoir la vie à travers le don d’organes, de tissus et de cellules dans le monde entier. Athlétisme, natation, marathon, tennis, volley… nombreuses sont les disciplines dans lesquelles les sportifs seront en compétition ! Les jeux sont organisés par la  World Transplant Games Federation (WTFG) et c’est la toute première fois qu’un tel événement aura lieu dans un pays d’Amérique Latine !

¡Viva los argentinos! 


Cet article vous a plu ? A lire sur le même sujet :

>Tourisme et santé en Argentine
>A B C du système de santé en Argentine
>Vivre en Argentine, Santé: Choisir sa Couverture Sociale

L’Argentine partagée entre OGM et l’agriculture biologique

L’Argentine : pour ou contre une agriculture respectueuse de son environnement? Et si elle était un peu des deux…

Vous ne le saviez peut-être pas, mais l’Argentine est considérée aujourd’hui, et ce depuis de nombreuses années, comme l’un des premiers pays utilisateurs d’OGM. Il est même courant d’entendre dire que les plantes génétiquement modifiées, dont le soja GM, participent à l’amélioration des conditions de vie, non seulement de ceux qui les utilisent, mais de l’ensemble de la société.

Source Flickr

L’Argentine est le premier exportateur mondial d’huile de soja, le second de maïs et le troisième de graines de soja. Ce classement étonnant ne va pas sans effets néfastes pour le pays : exploitation de la main d’œuvre saisonnière, abus de pouvoir sur les concurrents… voilà ce qu’est la triste réalité des grandes entreprises agricoles en Argentine. L’application d’herbicides a également provoqué de très nombreuses maladies et cas de malformations, dus aux épandages aériens sur les terres cultivables.

En 1996, le puissant  groupe américain Monsanto a introduit son soja RR dans le pays, résistant au Roundup, herbicide au glyphosate de la même entreprise. Grâce à ce produit, n’importe quelle terre devient cultivable, et plus encore, sans même avoir besoin de la labourer! Une aubaine pour les agriculteurs qui, de surcroît, voient le prix du soja “flamber” sur le marché international.
Paradoxalement, des études nous expliquent que l’Argentine est également un des pays où l’agriculture biologique est énormément pratiquée. En termes de superficies, l’Argentine est le deuxième producteur  de produits issus de l’agriculture biologique derrière l’Australie !

Le concept de culture biologique et d’agriculture durable est très suivi en Argentine. Il permet de conscientiser les consommateurs dans leurs habitudes alimentaires et de les sensibiliser à l’intérêt de consommer des produits véritables sans OGM. Si vous êtes intéressés le site suivant vous propose un large choix de petits restaurants biohttp://www.organicbuenosaires.com/es/restaurants/

Cette sensibilisation reste tout de même assez récente. Récente, l’agriculture biologique l’est aussi, quand on sait qu’en 1987, seulement cinq agriculteurs produisaient sur un mode biologique. Ces pionniers ont commencé à produire de manière durable de leur propre initiative, sans aucune orientation ni aucun soutien de la part du gouvernement. A cette époque, il n’existait pas de législation nationale ni d’organisme de certification biologique. Aujourd’hui le gouvernement et différentes institutions reconnaissent l’importance de participer à des séminaires et conventions pour mettre fin aux problèmes environnementaux et analyser les bienfaits et méfaits du bio pour le pays.

International Convention BIO 2015
Le Ministère des Affaires étrangères Argentin et la Fondation Exportar vont d’ailleurs participer à la CONVENTION INTERNATIONALE BIO  avec différentes entreprises argentines  dans la ville de Philadelphie, aux États-Unis, du 15 juin au 18 juin 2015.

Les bénéfices dus à l’import-export de produits bios en Europe, où ils font fureur (miel argentin, dulce de leche, …) permettent le développement de magasins spécialisés dans la vente de tels produits, ici en Argentine, dans les quartiers aisés comme Palermo ou encore Recoleta. Les supermarchés commercialisent aussi des produits issus de l’alimentation biologique afin de viser un public plus large. Les Argentins semblent aussi se mettre au bio et revendiquent leur choix. Et puis, manger bio ne veut pas dire arrêter de manger de la viande !

Quelques bonnes adresses où  trouver des produits bio :

Green Vivant http://greenvivant.com/place/mercado-solidario-bonpland/

Jardin Organico  http://www.jardinorganico.com.ar/

Trousse à pharmacie de voyage pour partir en Argentine

La première règle en matière de trousse de voyage est qu’il n’y a pas de règle. Tout dépend du lieu de séjour (ville ou zone reculée), de la durée du voyage, du type de voyage (sac a dos ou hôtel 4*), de l’état physique du voyageur avant son départ, de la taille de ses bagages…

Mais la trousse à pharmacie est un élément très important de votre bagage : elle vous permettra d’être autonome en cas de petits bobos et de maladies. Avant de partir, prenez rendez-vous avec votre médecin qui vous prescrira tout ce dont vous pourriez avoir besoin.

Photo : Elliott Brown

Composition de votre trousse à pharmacie :


Fièvre et douleurs :

  • Antalgique (médicament contre la douleur) et antipyrétique (médicament contre la fièvre) (ex: Doliprane)
  • Thermomètre incassable (évitez les anciens modèles à mercure)
  • Sédatifs en cas d’anxiété ou d’insomnie

Troubles digestifs :

  • Diarrhées : antidiarrhéique (ex: Tiorfan)
  • Constipation : laxatif
  • Maux de ventre (ex: Spasfon)
  • Gel ou solution hydroalcoolique pour l’hygiène des mains
  • Produits pour désinfecter l’eau de boisson (ex: Micropur, Aquatabs)

Petits accidents corporels :

  • Désinfection et protection des plaies : antiseptique cutané (ex: Bétadine), compresses stériles et pansements
  • Protection et hygiène : gants latex, pansements, ciseaux, épingles à nourrice
  • Soin et nettoyage des yeux : collyre à conditionnement monodose (les flacons se périment très vite après ouverture)
  • En cas de coups ou brûlures : crème apaisante (ex: Biafine, Arnica)
  • Contre les échardes : pince à épiler
  • En cas d’entorse : bande de contention
  • Pommade contre les mycoses des pieds
  • Pansements hydro-colloïdes pour les ampoules » (ex: Duoderm, Compeed).

Risques liés au soleil :

  • Crème de protection indice maximum
  • Stick à lèvres en cas de gerçures
  • Crème apaisante en cas de coups de soleil (ex: Biafine)

Risques sexuels :

  • Préservatifs norme NF
  • Traitement contraceptif pour les femmes (si contraception en cours)

Risques liés à la faune :

  • Contre les piqûres : répulsif anti-moustiques (ex: Insect Ecran) et crème apaisante (ex: Apaisil)
  • Pompe à venin, efficace en cas d’utilisation immédiate

Pour les enfants en bas âge :

  • Comprimés pour stériliser les biberons
  • Sachets de réhydratation

Désagréments liés au transport :

  • Antiémétique en cas de mal de transport
  • Bas de contention en cas de mauvaise circulation veineuse

A noter cependant qu´il est inutile de trop vous encombrer : en Argentine, les pharmacies sont assez nombreuses et bien approvisionnées. Celles des grandes villes rivalisent sans problème avec les pharmacies européennes. Les médecins sont généralement compétents. L’Argentine a d’ailleurs la réputation d’avoir le meilleur service médical de toute l’Amérique du Sud.

Voir aussi : Quels vaccins faire avant de partir en Argentine ?, La liste qui vous aidera a préparer votre départ en Argentine

Source : Trousses a pharmacie