Aujourd’hui, nous vous proposons de partir à la (re) découverte d’un monument argentin exceptionnel:  le Théâtre Colón. 

Le théâtre Colón, un lieu emblématique de Buenos Aires

C’est l’un des endroits incontournables de la capitale de Buenos Aires, au même titre que l’Obélisque, la Casa Rosada ou le Puente de la Mujer. Lors de sa construction, il avait pour but premier de célébrer le centenaire de l’indépendance de l’Argentine. Le théâtre est classé Monument Historique National depuis 1989. Il s’agit de l’un des plus grands théâtres du monde, reconnu notamment pour son acoustique frôlant la perfection.

Théâtre Colón - Extérieur

Théâtre Colón – Photo : Wikimédia

Un peu d’histoire

L’histoire du Théâtre Colón remonte au milieu du XIXe siècle, plus exactement en 1857. Ce splendide monument délimité actuellement par les rues Libertador, Tucumán, Viamonte et Cerrito n’a pas toujours été à cet emplacement. A sa création, il se situait sur la Plaza de Mayo où se trouve actuellement la Banque Nationale d’Argentine. Le théâtre a été déplacé car la ville de Buenos Aires avait pour objectif de posséder un opéra d’une envergure mondiale. Ce nouveau projet est alors confié à l’architecte italien Francesco Tamburini, qui s’inspire du style néobaroque de l’Opéra Garnier de Paris. Malheureusement, celui-ci ne pourra pas terminer ce projet car il décède en 1890. Son collaborateur italien Vittorio Meano, qui reprendra le projet ajoutera une touche beaucoup plus italienne à cet édifice.

Avec le temps, le bâtiment a subi quelques dommages en raison du manque d’entretien, ainsi que de l’usure des matériaux. C’est pour cela qu’entre 2007 et 2010, le théâtre entre dans une grande phase de restauration. Le théâtre a finalement rouvert ses portes le 24 mai 2010. Lors de cette cérémonie de rouverture, des animations en trois dimensions ont été projetées avant une représentation de La Bohème.

Une architecture inégalable

Ce théâtre est un parfait mélange entre les styles Baroque et Renaissance.
Une fois que vous aurez franchi le hall d’entrée, vous découvrirez la splendeur de ce théâtre. Son architecture unique vous promettra un voyage en Europe,de l’Italie au Portugal en passant par la Belgique et la France. Ses magnifiques vitraux de Gaudin illuminent les balcons supérieurs. Sa coupole est décorée de sublimes peintures signées Raúl Soldi. Vous pourrez, au dessus de la scène, observer les sept notes de l’alphabet musical. De plus, à sa gauche, vous verrez deux loges présidentielles munies de téléphones et de salons privés.

Le mystère du Théâtre Colón demeure dans ses profondeurs. En effet à chacun des trois niveaux de son sous-sol on retrouve des ateliers, bien dissimulés en dessous de l’Avenida 9 de Julio.

Les surprenants sous-sols du théâtre

À travers les fenêtres du premier sous-sol, on peut entrevoir l’avant du Théâtre et l’Obélisque. Dans le salon, le mouvement est permanent. Des tailleurs et des couturiers se croisent et se recroisent, coupant, cousant et brodant les costumes portés par les artistes. Vingt mille paires de chaussures, de toutes les époques, y sont également conservées.

De même pour le deuxième sous-sol, qui accueille des ateliers et des costumes en tous genres. Enfin, au troisième sous-sol, la Salle du 9 Juillet, qui n’est ni plus ni moins une reproduction de la scène, sert pour les répétitions. Les pièces voisines, les salles du chœur et de l’orchestre philharmonique, servent quant à elles d’atelier et de lieu de répétition pour les musiciens.

Théâtre Colón - Intérieur

Théâtre Colón – Photo : Wikimédia

Admirer une pièce d’opéra, assister à une visite guidée…

Ce théatre à l’architecture très particulière accueille une programmation qui n’a rien à envier au théâtre européen. Si vous êtes amateurs de pièces de théatre, d’opéra ou de ballets, n’hésitez surtout pas à vous offrir une soirée inoubliable dans un cadre unique. Pour connaître la programmation, rendez-vous ici.

Des visites guidées sont également proposées, retrouvez toute l’information ici.

Si vous êtes à Buenos Aires, ne perdez pas une minute et foncez au Teatro Colón !


Cet article vous a plu ? Vous aimerez aussi…