Contre l’oubli et le désintérêt des autorités, les habitants de la « Villa » (bidonville) Zabaleta à Buenos Aires ont peint leurs logements en jaune et installé une grande pancarte «Acá Estamos» (Nous sommes ici).

Bien qu’ils soient en plein Buenos Aires, les habitants de la villa Zabaleta déclarent qu’ils se sentent oubliés du reste de la société porteña.

Le quartier est séparé par deux réalités. D’un côté il y a ceux qui ont pu être relogés dans un nouveau complexe de logememts qui remplace des habitations précaires. Et de l’autre, il y a ceux qui n’ont pas eu accès à ces nouveaux logements et qui ont donc décidé de peindre en jaune leurs maisons pour attirer l’attention et réclamer un lieu de vie décent.

Villa Buenos Aires-Photo : sbassi

Une habitante de 70 ans raconte que des promesses de nouveaux logements avaient été faites sur deux ans, or cinq ans ont déjà passé. Le projet était financé par la Nation et la banque Banco Ciudad. “Cependant, avec l’arrivée de Mauricio Macri (l’actuel gouverneur de Buenos Aires), le projet a perdu ses fonds et le gouvernement s’est retiré de l’initiative”, explique Nicolas Bassani, le directeur de l’ONG Zabaleteros, qui organise la protestation.

En plus du problème du logement ou des poubelles, les habitants de la Villa veulent aussi montrer que le quartier ne se définit pas seulement par la drogue et la violence. Les habitants sont mobilisés pour faire savoir que le quartier détient également de nombreux aspects positifs, que tout n’est pas terreur. Cette protestation vise avant tout à faire connaître le quartier, et sortir de la situation d’indifférence.

Source : Se pintaran de amarillo para reclamar por una vivienda