L’Usina del Arte est un lieu hautement symbolique de la capitale. Tout d’abord parce qu’elle se trouve dans le quartier de La Boca, mais aussi par son histoire et sa fonction. Lieu fondamental de culture et bâtiment haut en couleurs : zoom sur cet endroit construit initialement pour une compagnie d’électricité.

Usina Del Arte – Photo : Wikipedia

Historique de l’Usine

Elle a été mise en service au début de l’année 1916. A l’origine, elle approvisionnait en énergie électrique des usines installées dans la ville qui se développaient rapidement, mais aussi les réseaux ferroviaires du tramway.

L’usine fournissait, pendant de nombreuses années, des emplois à la main d’oeuvre du quartier. Après sa vente à l’Etat, l’entreprise SEGBA y a été incorporée puis elle fut transférée à l’usine métallurgique ACINDAR. En 1997, elle fut liquidée suite à la privatisation des services d’électricité et ses installations furent démantelées et vendues.

Finalement, le Gouvernement de la Ciudad de Buenos Aires a acquis ce bien avec l’idée de sauvegarder cet établissement de « grande valeur patrimoniale, culturelle et architecturale », et de revitaliser le quartier stratégique de Puerto Madero pour doter la ville de Buenos Aires d’un nouveau centre culturel au profil international.

Un siècle après la première “naissance” de l’Usina del Arte, la restauration du bâtiment rend aux porteños un établissement emblématique, dont le patrimoine était sur le point d’être irrécupérable et qui, aujourd’hui, s’est transformé en un centre culturel multidisciplinaire. En effet, l’usine occupe une superficie de 7500m2, son architecture et ses matériaux viennent d’un palais florentin.

Par ailleurs l’unique défi auquel se sont confrontés les ingénieurs Rafael Quintana y Gustavo Basso fut le bruit venant de l’autoroute Buenos Aires – La Plata. Ils insonorisèrent donc l’espace avec des doubles vitrages et des cloisons (afin également d’améliorer l’illumination naturelle).

Usina Del ArteUsina Del Arte – Photo : Wikipedia

La Usina Del Arte aujourd’hui

En 2013, l’Usine compte de nouveaux espaces : une salle multi-usages et une « Sala de Camára ». Pendant la première année, l’auditorium symphonique, la salle labyrinthe (expositions d’arts visuels) et la salle principale (un espace capable d’héberger des spectacles musicaux et de danse) se sont ouverts. Ainsi, l’objectif fondamental du centre culturel est de présenter une vue d’ensemble des arts et faire briller la force industrielle d’antan. Par exemple la première année, on y réalisa plus de 100 spectacles gratuits (performances musicales, danse, théâtre, orchestres et chorales de jeunes).

En 2012, l’Usine s’est transformée, pour la première fois, en siège de festivals de Tango et de Jazz, et en 2013, elle a accueilli les « Milongas de Verano » de la ville. Il y a eu également des expositions de photos et d’art. Chaque semaine, on peut participer à des visites guidées qui contextualisent la mise en valeur du patrimoine de la Usina del Arte avec une perspective historique.

Le coeur de la Usina del Arte est son auditorium. En effet elle est l’unique salle de concerts de la ville créée spécialement pour l’écoute de musique symphonique. Son acoustique mérite un chapitre spécifique. En effet, l’épaisseur d’un mètre des murs de brique de l’ancienne compagnie d’électricité contribue à la diffusion du son en haute fréquence. De plus, l’auditorium n’a pas de cables, de microphones, ni d’amplificateurs afin que les auditeurs aient une connexion plus directe avec les instruments, les mélodies et les intensités.

Programmation

Notas de Luz

Inaugurée le 17 mars, l’installation Notas de Luz dépeint une zone très spéciale du quartier de la Boca. L’installation change de couleur en fonction de la musique et du passage des piétons. En fait, il s’agit d’une installation lumineuse interactive créée par l’artiste Gachi Hasper, composé de 160 artefacts de lumière qui occupent un espace de 100 mètres sous l’autoroute.

L’originalité de cette exposition est que les lumières changent en fonction du mouvement des piétons qui marchent au dessus, et de la musique qui est jouée à l’intérieur des autres salles de l’Usina. Comment est-ce possible me demandrez-vous ? Suivant la forme de l’autoroute, un détecteur capte les mouvements des piétons.
Quand ? Du 17 mars au 31 décembre

Orchestre philarmonique de Buenos Aires

Créé en 1946 sous le nom de “Orchestre symphonique du Theatre Municipal”, il fut le premier véritable orchestre de la ville. Dès lors, son répertoire s’est enrichit et il s’est pleinement installé dans le panorama musical argentin. Aujourd’hui, il est considéré comme l’un des meilleurs, si ce n’est le meilleur orquestre argentin. En témoigne les différents prix reçus par l’orquestre. Bref, c’est comme si le teatro Cólon s’invitait dans l’Usina Del Arte. A ne pas louper donc !
Quand ? Le 29 septembre
Combien ? Activité gratuite

Camerata Argentina de Guitarras

Lorsque Nicolás Gagliani, Sebastián Pompilio et Leonardo Coluccia ont fondé le groupe en 2008, l’idée était de produire une rénovation musicale. Loin du monde de la guitare classique argentine. Ils sont devenus le premier orchestre indépendant seulement constitué de guitaristes professionnels. De l’auditorium San Rafael de Buenos Aires aux grandes salles nationales comme le Teatro Colonial, ce groupe a parcouru un bon bout de chemin désormais. N’hésitez pas à venir voir ce groupe, aux influences musicales majoritairement sudaméricaines !
Quand ? le 1er octobre à 21h
Combien ? Entrée gratuite dans la limite des places disponibles

Si vous voulez en savoir plus sur l’Usina del Arte et sa programmation, rendez-vous ici


Cet article vous a plu ? Consultez également :