L’équipe d’Equinoxe s’est rendue dans le quartier des parcs de Palermo pour rencontrer Bénédicte, une paysagiste francaise installée à Buenos Aires et qui a déjà signé quelques jardins argentins de son coup de pinceau imaginatif !

De la France à l’Argentine …

Une fois sa formation d’école de commerce achevée, Bénédicte s’oriente vers le secteur de la PME (Petites et Moyennes Entreprises). Elle commence sa carrière professionnelle comme chef de projet dans une entreprise d’éclairage, et deviendra responsable commerciale. Elle change ensuite pour une entreprise de paysagisme où elle sera amenée à recruter des paysagistes, des architectes… De par ses projets (aéroports, gares, centres commerciaux et sièges sociaux) Bénédicte dessine déjà beaucoup et cette proximité et ces échanges avec les paysagistes lui donnent envie de se réorienter pour exprimer son côté créatif.

Bénédicte

L’acquisition de techniques paysagisme comme le dessin technique et artistique, la connaissances des végétaux, l’histoire des jardins, lui sont très enrichissantes dans sa formation à l’Ecole Nationale du Paysage de Versailles.

Mais entre-temps Bénédicte a aussi eu le coup de cœur pour un Argentin et après avoir découvert ce pays, ils décident de s’y installer un jour, ce qui se produit en… janvier 2010.

Paysagiste à Buenos Aires

Ils viennent s’installer dans la Capitale Fédérale, dans le quartier des parcs de Palermo pour la ligne d’horizon avec vue sur la verdure, le Rio et le ciel !
Aussitôt arrivée, après quelques cours, séminaires et séances au Jardin Botanique pour s’approprier les plantes du pays, Bénédicte est appelée à se lancer dès le mois de septembre dans un projet pour une maison classée, époque fin 19ème, dans le quartier de Belgrano.

jardin botanique Jardin Botanique – Source Wikimedia

Il y a peu, Bénédicte a proposé à une paysagiste argentine de s’associer pour un jardin à Palermo, et cela s’est avéré très positif : «échanges de vue sur la méthodologie de projet, mais aussi sur les idées, la perception des formes et des couleurs. »

De ce qui a changé son métier à Buenos Aires, c’est surtout la facilité à faire pousser les plantes car TOUT pousse à vitesse grand V ! Il y a une combinaison idéale entre la terre, l’humidité et de la lumière. Il y a peut-être un peu moins de variétés horticoles, en revanche de nombreuses plantes tropicales peuvent être utilisées en extérieur.

Elle conçoit qu’il faut de la patience car pour être indépendant et bâtir le bon réseau de fournisseurs et de clients, il faut du temps, et des recommandations. Mais en tant que français, on bénéficie souvent d’un a priori positif. Pour monter une petite structure Bénédicte conseille de s’appuyer sur la Chambre de Commerce.

Comme il y a peu d’ouvrages de paysage publics ici, il faut se tourner vers le privé. Et pour les clients particuliers il faut se faire connaître par le bouche à oreille. Bénédicte a déjà eu la chance de travailler sur des projets en Patagonie, Córdoba, Las Flores, et différents jardins et terrasses de ville… et commence à rédiger des notes pour la Revista Jardín.

Réalisation de Bénédicte Réalisation de Bénédicte – Source : bdelongcamp.canalblog.com

Bénédicte s’est ensuite prêtée au jeu des questions-réponses de l’équipe :

Quel est son coup de coeur ?

Elle a d’abord connu la Patagonie au pied des Andes, entre Esquel et El Bolson. Arrivée dans cette immensité, elle se souvient s’être fait la réflexion qu’en Argentine tout était démesuré : le bleu du ciel, les perspectives, les lacs et rivières, et les arbres.
Puis la découverte depuis le Nord Ouest, les Provinces de Jujuy et Salta, paraissent très dépaysantes pour nous européens.
Dans la ville même de Buenos Aires, elle aime déambuler dans les quartiers de Palermo Hollywood et Palermo Viejo, avec ses façades de PH (Propiedad Horizontal), ses rues pavées et les lignes de tramway encore incrustées au sol, trace du passé.

Enfin les gens ici sont chaleureux c’est incroyable, il y a toujours une simplicité dans les contacts, c’est très enthousiasmant et tous ces petits moments d’échanges quotidiens sont des perles…

Et si je devais ramener un produit argentin en France ? « du dulce de leche, pour faire une fondue avec des fruits ! »

Un rêve en Argentine ?
« Une maison de Campo dans les Sierras de Córdoba pour accueillir amis et famille ! (Ca arrivera, c’est sûr !) »

Le blog de Bénédicte de Longcamp.