Situé dans le micro-centro non loin de l’avenue Florida, vous êtes ici dans le jardin de Dominique et Karina ! Couleurs pop et déco fleurie, on n’hésite pas un instant à aller déguster des sablés d’épinard et de citrouille, des financiers à la framboise ou encore d’appétissant cakes tout chocolat !

“Comé lo que amás, amá lo que comés”.

On se retrouve bien dans cette phrase inscrite sur un fond de gazon joliment accroché au mur. Ici les produits sont frais et on constitue soi-même sa salade. Les douceurs salées et sucrées sont faites maison et elles ont un goût de “reviens-y”. Une légère “onda francesa” se laisse sentir avec sa quiche lorraine mais pas seulement. Dominique et Karina c’est un couple tout en métissage. Elle, née en Chine vit depuis plus d’une quinzaine d’années en Argentine et elle rencontre Dominique à Paris lors de son Master à HEC Paris. On retrouve donc tout logiquement une panna cotta de lynchee à la rose ou encore des fruits exotiques asiatiques.

Le service est garanti du lundi au vendredi de 9h30 à 19h, pas moins de 70 couverts assurés dans la bonne humeur, on peut aussi prendre à emporter pour environs 40 pesos en poche. Situé tout proche de bureaux d’affaires la clientèle est essentiellement une clientèle d'”executives” argentins qui se pressent à l’heure du déjeuner.

De la Lorraine à Buenos Aires.

Après un diplôme d’école d’ingénieurs en poche, Dominique part suivre un Mastère Spécialisé Entrepreneur dans la célèbre école de commerce HEC. C’est là qu’il rencontre sa future femme Karina, qu´il décide par la suite de rejoindre à Buenos Aires. Ne connaissant ni l´Argentine, ni sa langue le séjour prend des airs d´aventure pour le jeune français. C’est en effet la première fois qu’il se lance dans l´expérience d’une vie à l’étranger, mais il faut croire que l´aventure lui plait, car après un mois de vacances passé, il annonce à ses parents que son séjour à Buenos Aires va se prolonger pour une durée indéterminée cette fois.

Karine se passionne pour la cuisine et après quelques cours du soir et un diplôme en poche, elle souhaite, dans une suite logique ouvrir un restaurant. Ils sont tout d’abord séduits par l´idée d´ouvrir un restaurant chinois mais impossible de trouver un local ! Après 6 mois de recherches infructueuses, ils finissent par abandonner l´idée, et décident de se reconvertir. Ils suivent alors les conseils du père de Karina et ouvrent un magasin d’importation d’outillages dans le quartier de Once. L’aventure continue avec la reprise d’une boutique de chapeaux toujours dans le même quartier. Les ventes étant cycliques, ces ingénieux entrepreneurs décident de se lancer dans la foulée sur une branche totalement différente, la vente par internet. Ils créent donc en novembre 2011 le site de ventes groupées Subite al tren sur lequel un très large choix de produits sont proposés à bas prix. Mais l’idée du restaurant n’a pas quitté l’esprit de Karina. En Octobre 2011, ils s´associent avec une amie argentine, motivée par l´idée d´ouvrir un restaurant, une rencontre qui relance le projet sur les rails. Le concept change, les “salad’bar” font un carton en France, pourquoi pas importer ce concept à Buenos Aires ? Cette fois le local est trouvé en très peu de temps, et s´en suit 1 mois et demi de travaux. Le restaurant “Bonjour” ouvre ses portes le 5 décembre 2011. Ce sont deux Français et trois Argentins qui animent les lieux. Toujours rempli aux heures du déjeuner, l´’aventure “Bonjour” suit son cours avec succès!

Les conseils de Dominique…

Trois règles sont importantes si l’on veut se lancer dans la création d’entreprise en Argentine:

Pas de prétention en arrivant ici, bien sur les méthodes de travail et les règles de négoces changent mais ce n’est pas une raison pour vouloir imposer les votre. On se met au négoce argentin. De même, le mode de fonctionnement n’étant pas le même il faut savoir être patient et faire confiance, “il y a beaucoup moins de paperasse ici, ça marche à la confiance”. Et le dernier conseil c’est de s’associer avec un Argentin. Sans D.N.I (documento nacional de identidad) et gérant argentin il est quasiment impossible d’avancer quant à la location d’un local n’y pensez même pas. Cependant, le très bon point de l’Argentine c’est qu’il suffit d’un bon concept et de l’huile de coude pour arriver à donner vie à ses rêves.

On leur souhaite pleins de réussite et que du bonheur !

Restaurant “Bonjour !”: Tres Sargentos 443 – Microcentro – Buenos Aires.

www.bonjournaturalbar.com