Si vous vivez en Argentine, vous avez sûrement remarqué les tracts et les affiches dans la rue : ce dimanche, les Argentins vont voter pour élire leurs sénateurs et députés. Quelles sont les modalités, les partis en présence, les enjeux ? Nous vous en disons plus sur ces élections très attendues dans le pays.

Source – photo : en.wikipedia.org

Qui les Argentins doivent-ils élire et selon quelles modalités ?

Ces élections, qui font suite aux primaires du 11 août 2013, ont pour objectif de renouveler la moitié des membres de la Chambre des députés pour la période 2013-2017 et le tiers des membres du Sénat pour la période 2013-2019. Si les 24 provinces du pays voteront pour élire de nouveaux députés, seules huit d’entre elles éliront des sénateurs. A l’issue de ces élections, le pays aura donc 24 nouveaux sénateurs (trois pour chacune des huit provinces qui votent) et 127 nouveaux députés. Les élections ont lieu de façon indépendante dans chaque province, et le nombre de députés est proportionnel à la taille de la province.

Principaux partis en présence

Les partis politiques en Argentine peuvent être regroupés en quatre grands mouvements :

  • Le Mouvement National Péroniste ou Parti Justicialiste, qui regroupe un large spectre politique dont le Front pour la Victoire (FPV, parti de la Présidente Kirchner), de centre gauche, et le Frente Renovador (FR) de centre droit ;
  • Le Parti Radical, ou Union Civique Radicale (UCR), le plus vieux parti politique du pays, fondé en 1891 : parti de centre gauche, qui compte aussi des libéraux centristes et des sociaux-démocrates. Il est le principal parti d’opposition actuellement ;
  • La Propuesta Republicana, ou PRO, alliance de centre-droit créée en 2007 et actuellement dirigée par le maire de Buenos Aires, Mauricio Macri ;
  • Le Parti Socialiste, qui inclut notamment le Front progressiste, civique et social (FPCS), parti de centre-gauche.

Au cours des législatives, ce sont ces partis qui ont été les plus représentés, avec en tête le Front pour la Victoire, bien que celui ci ait perdu du terrain, notamment dans la capitale de Buenos Aires.

A savoir concernant les élections

En application de ley seca (ou “loi sèche”, héritage de la prohibition), la vente d’alcool sera interdite à partir du samedi 26 octobre 20h (soit 12 heures avant l’ouverture des votes) et jusqu’au dimanche 27 21h (3h après la fermeture des urnes). Cette interdiction concerne les supermarchés, les kiosques, mais aussi les bars, boîtes de nuit… En cas de non respect de cette loi, les vendeurs encourent entre 15 jours et 6 mois de prison ! La mesure vise à limiter au maximum les comportements qui pourraient nuire au vote du dimanche.

Si vous aviez prévu une sortie ce week-end, vous allez peut-être devoir revoir vos plans !

Vous avez aimé cet article? A lire sur le même sujet