L’équipe d’Equinoxe a rencontré Yannis Buchot, dans son bar «Le Troquet de Henry» situé dans le quartier d’Almagro, à Buenos Aires.

Quitter la France et partir à l’aventure…

Yannis, Français, originaire de Château Gontier en Mayenne, vit en Argentine depuis plus de 10 ans. Dès son plus jeune âge, Yannis prévient ses parents : il quittera la France et partira en voyage.
Malgré son manque d’enthousiasme pour les études, il réalise un BTS de communication aux entreprises qu’il obtient avec mention ! Il décide ensuite de partir voyager et part de chez lui, en stop, direction le nord : Irlande, Royaume Uni…

Yanis

En Irlande, il fait la connaissance d’une Argentine qui lui propose de venir un jour lui rendre visite dans l’hémisphère sud. C’est ainsi qu’il arrive, sac à dos pour seul compagnon, dans ce pays où il réalisera un voyage d’un an. Aficionado des bars et fiestas, il travaille en même temps qu’il voyage pour tenir son budget souvent vite dépassé. Il découvre particulièrement le monde de la gastronomie et devient assistant cuisiner, serveur, plongiste…Il multiplie les petits boulots qui lui permettent de continuer son périple.

Il est temps pour Yannis de savoir ce qu’il fait : rentrer en France ou rester en Argentine ? Il alors décide de rester car une personne l’attend ici…En effet il s’est marié à cette argentine rencontrée plus tôt en Irlande et avec laquelle il a aujourd’hui 2 enfants : Henry (d’où le nom du bar) et Claire.

Yannis s’installe donc définitivement à Buenos Aires en juillet 2001. A partir du mois d’octobre qui suit, il recherche du travail et envoie beaucoup de CV aux entreprises françaises. Mais la crise frappe l’Argentine et rend les recherches très difficiles…Il connaitra différents métiers et nous raconte particulièrement son expérience en tant que toiletteur pour chiens ! Et comment ?! Un livre consulté discrètement dans les toilettes l’a sauvé pour faire des coupes à ces chiens dont les maîtres admiraient le style « made in France » !

Son bar « Le Troquet de Henry »

Yannis a ouvert son bar il y a 3 ans, Guardia Vieja 3460, à Buenos Aires. Ses clients viennent d’un peu partout (Argentins, Français…) pour le plus grand bonheur de Yannis qui veut faire de ce lieu un bar ouvert à tous.
L’équipe est composée de 5 personnes dont une gérante Française qui travaille depuis peu avec lui. Il a  appris à déléguer pour s’occuper davantage de la partie administrative du bar et ainsi passer plus de temps avec sa famille.

Le Troquet de Henry côté rue

Même si l’endroit est surtout un bar, il est possible de venir déjeuner : on goutera des plats mixtes (influence italienne, française…) et des pizzas et empanadas le soir.

Il a remarqué que les habitudes des Argentins ont changé ces dernières années : ils boivent plus tôt dans la journée et n’attendent plus 2h du matin pour retrouver leurs amis pour faire la fête. Yannis a même réussi à instaurer l’apéritif dans sa belle-famille ! Il n’est plus question, à peine arrivé, de passer à table  lors des repas de famille.

Yannis a toujours travaillé à flux tendus. Il nous raconte qu’il n’avait pas de fonds et, ici, les crédits ne sont pas possibles. Il a donc ouvert son bar sans argent et, après y avoir réalisé beaucoup de travaux  de  remise en état, il  l’a équipé au fur et à mesure grâce à l’argent gagné.
Les qualités pour tenir un bar ? Avoir le goût de la fête, être flexible, sociable et surtout de bonne humeur !

Son coup de cœur argentin ?

Yannis était amoureux du quartier de San Telmo il y a 10 ans mais est quelque peu déçu des changements opérés : les vieux commerces supprimés, les prix des loyers qui ont quadruplé…
Aujourd’hui son coup de cœur est pour le quartier de son bar, Almagro. C’est un quartier qu’il trouve très hétéroclite (pas mal de péruviens, africains, asiatiques…y vivent), très populaire, et riche culturellement avec ses nombreux théâtres.

Dans le pays, son coup de cœur est pour Salta et sa région.

Un manque de la France ?

Yannis voit en France beaucoup de rigidité et un manque de flexibilité. Bien qu’il ait observé des changements en Argentine ces 10 dernières années, il apprécie la liberté qui règne dans ce pays où il est possible de se tromper, d’avoir une seconde chance.

Bien sur sa famille, ses amis et aussi…la nourriture française lui manquent ! Mais il se considère davantage comme un citoyen du monde. Seule exception : pour le sport il est supporter français et compte bien transmettre cela à son fils Henry.

L’intérieur du troquet

Il n’est pas rentré en France pendant 3 ans mais essaye de rentrer une fois par an aujourd’hui.
Lorsqu’il ramène des souvenirs argentins à sa famille ce sont souvent des habits en laine. Et le fameux maté ? Il aura bien essayé mais son entourage n’a pas adhéré…

Des conseils pour les futurs entrepreneurs Français ?

Yannis a connu beaucoup de Français qui sont venus en Argentine et sont repartis peu de temps après, en ayant souvent tout perdu. Pour lui il est indispensable de venir et vivre le pays avant tout. Pas besoin de venir avec une idée précise, il faut surtout se donner le temps par rapport au fonctionnement du pays. Un maître mot : la PATIENCE. Car en effet ici les process sont très compliqués.

Il faut également s’adapter aux Argentins qu’il voit comme des personnes ayant moins le sens des responsabilités que les Français. Il lui est déjà arrivé d’attendre longuement un Argentin ne venant pas…à cause de la pluie ! Yannis s’adapte facilement, aime l’improvisation alors quand on lui demande quels sont ses projets ? Il répond qu’il ne sait pas ce qu’il fera dans 10 ans !

Ne manquez de visiter ce bar lors de votre visite à Buenos Aires, vous vous y sentirez comme chez vous ! Plus d’informations sur le site et la FanPage.